Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Le Bataillon de Sourbrodt
Lire le texte | Diaporama | Retour à la galerie

  • Le Bataillon de Sourbrodt
  • Le Bataillon de Sourbrodt
  • Le Bataillon de Sourbrodt
  • Le Bataillon de Sourbrodt
  • Le Bataillon de Sourbrodt
  • Le village de Sourbrodt s'étire sur le plateau
  • des Hautes-Fagnes, au point culminant de l'Ardenne belge
  • En mars 1943, un camp de prisonniers de guerre russes
  • est établi à Bôsfagne aux confins du village.
  • De vastes étendues de fôrets et de tourbières bordent
  • Sourbrodt vers le Nord. Le camp rassemble un cinquantaine
  • d'hommes principalement employés aux travaux forestiers.
  • L'hiver, le relief émoussé du plateau est battu
  • par les vents du Nord-Est. Deux baraques ceinturées
  • d'une double clôture de fils barbelés composent le camp.
  • Le sol détrempé du plateau tourbeux
  • rend toute progression humaine ou animale lente et difficile.
  • Deux hommes décèdent au cours
  • de leur séjour forcé au camp de Sourbrodt.
  • La décomposition des végétaux dans l'eau de la fagne
  • forme d'épais tapis souples et instables.
  • Au début du mois de septembre 1944 les prisonniers sont transférés
  • au camp voisin d'Elsenborn, puis évacués sans délai
  • vers l'Allemagne où leur trace se perd définitivement.
  • Le 21 avril 1996 un incendie accidentel précipite la disparition des derniers vestiges du camp de Sourbrodt
  • Le Bataillon de Sourbrodt
  • Le Bataillon de Sourbrodt

  •  

    "Le Bataillon de Sourbrodt" est un plongeon au coeur de l’Europe et de son histoire contemporaine. Au travers d’un texte court et d’une vingtaine de photographies, Pierre-Yves Brest confronte deux réalités différentes d’un même territoire naturel, celui de Sourbrodt dans les Hautes-Fagnes belges. Alors que tout semble aujourd’hui conférer à ce paysage frontalier de l’Allemagne la stature apaisée du monument naturel, Pierre-Yves Brest y porte un regard distancié, mettant en tension l’enthousiasme de l’arpenteur photographe qui découvre un territoire aux qualités singulières, avec l’histoire humaine d’une noirceur d’encre. Il y est question de paysages et de sous-bois plongés dans la moiteur de l’été, de curieuses et fragiles architectures inhabitées, de traque animale, de conflit mondial, de soldats russes, d’isolement, de disparition, de mémoire… 

     

    Au fil des images, l’auteur invite l'observateur à mesurer un écart entre l’histoire livrée et la série photographique. Dans cet entre-deux qui se creuse peu à peu, le cours du temps semble s’étirer jusqu’à se figer. Sourd alors l’étrange sentiment que tout peut, une nouvelle fois et d’un moment à l’autre, basculer dans la tragédie.

     

    Pierre-Yves Brest, Le Bataillon de Sourbrodt , Un, deux...Quatre éditions, 2007

    Voir et feuilleter le livre

     

     

    Le Bataillon de Sourbrodt
    Lire le texte | Retour à la galerie

    Le Bataillon de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt

    tirage lambda 95 x 133 cm / 2004-06

    Le Bataillon de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt

    tirage lambda 95 x 133 cm / 2004-06

    Le Bataillon de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt

    tirage lambda 95 x 133 cm / 2004-06

    Le Bataillon de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt

    2004-06

    Le Bataillon de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt

    2004-06

    Le village de Sourbrodt s'étire sur le plateau
    Le village de Sourbrodt s'étire sur le plateau
    des Hautes-Fagnes, au point culminant de l'Ardenne belge
    des Hautes-Fagnes, au point culminant de l'Ardenne belge
    En mars 1943, un camp de prisonniers de guerre russes
    En mars 1943, un camp de prisonniers de guerre russes
    est établi à Bôsfagne aux confins du village.
    est établi à Bôsfagne aux confins du village.
    De vastes étendues de fôrets et de tourbières bordent
    De vastes étendues de fôrets et de tourbières bordent
    Sourbrodt vers le Nord. Le camp rassemble un cinquantaine
    Sourbrodt vers le Nord. Le camp rassemble un cinquantaine
    d'hommes principalement employés aux travaux forestiers.
    d'hommes principalement employés aux travaux forestiers.
    L'hiver, le relief émoussé du plateau est battu
    L'hiver, le relief émoussé du plateau est battu
    par les vents du Nord-Est. Deux baraques ceinturées
    par les vents du Nord-Est. Deux baraques ceinturées
    d'une double clôture de fils barbelés composent le camp.
    d'une double clôture de fils barbelés composent le camp.
    Le sol détrempé du plateau tourbeux
    Le sol détrempé du plateau tourbeux
    rend toute progression humaine ou animale lente et difficile.
    rend toute progression humaine ou animale lente et difficile.
    Deux hommes décèdent au cours
    Deux hommes décèdent au cours
    de leur séjour forcé au camp de Sourbrodt.
    de leur séjour forcé au camp de Sourbrodt.
    La décomposition des végétaux dans l'eau de la fagne
    La décomposition des végétaux dans l'eau de la fagne
    forme d'épais tapis souples et instables.
    forme d'épais tapis souples et instables.
    Au début du mois de septembre 1944 les prisonniers sont transférés
    Au début du mois de septembre 1944 les prisonniers sont transférés
    au camp voisin d'Elsenborn, puis évacués sans délai
    au camp voisin d'Elsenborn, puis évacués sans délai
    vers l'Allemagne où leur trace se perd définitivement.
    vers l'Allemagne où leur trace se perd définitivement.
    Le 21 avril 1996 un incendie accidentel précipite la disparition des derniers vestiges du camp de Sourbrodt
    Le 21 avril 1996 un incendie accidentel précipite la disparition des derniers vestiges du camp de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt

    Détail de l'exposition à la Galerie Intérieur / Lille / 2009-10

    Le Bataillon de Sourbrodt
    Le Bataillon de Sourbrodt

    Présentation dans la salle de consultation de la bibliothèque historique de Saint-Omer, 2016

    (1 tirage encadré + 150 livres insérés dans les rayonnages)


     

    "Le Bataillon de Sourbrodt" est un plongeon au coeur de l’Europe et de son histoire contemporaine. Au travers d’un texte court et d’une vingtaine de photographies, Pierre-Yves Brest confronte deux réalités différentes d’un même territoire naturel, celui de Sourbrodt dans les Hautes-Fagnes belges. Alors que tout semble aujourd’hui conférer à ce paysage frontalier de l’Allemagne la stature apaisée du monument naturel, Pierre-Yves Brest y porte un regard distancié, mettant en tension l’enthousiasme de l’arpenteur photographe qui découvre un territoire aux qualités singulières, avec l’histoire humaine d’une noirceur d’encre. Il y est question de paysages et de sous-bois plongés dans la moiteur de l’été, de curieuses et fragiles architectures inhabitées, de traque animale, de conflit mondial, de soldats russes, d’isolement, de disparition, de mémoire… 

     

    Au fil des images, l’auteur invite l'observateur à mesurer un écart entre l’histoire livrée et la série photographique. Dans cet entre-deux qui se creuse peu à peu, le cours du temps semble s’étirer jusqu’à se figer. Sourd alors l’étrange sentiment que tout peut, une nouvelle fois et d’un moment à l’autre, basculer dans la tragédie.

     

    Pierre-Yves Brest, Le Bataillon de Sourbrodt , Un, deux...Quatre éditions, 2007

    Voir et feuilleter le livre