Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Trouer les murs, passer la frontière

Trouer les murs, passer la frontière

Philippe Bazin
avril 2014

Pierre-Yves Brest présente un film, Opus Incertum, le premier du genre dans son parcours d'artiste, dont le site est un quartier frontalier de la ville de Tourcoing, La Bourgogne. Ce film met en oeuvre l'attitude documentaire que Marker appelait de ses voeux dans son propre travail : une uchronie qui met en perspective les différents temps sur lesquels se construit un lieu comme espace poétique. Brest se réfère en outre au cinéma muet par ses cartons noirs d'intertextes, et construit tous ses plans dans la lenteur et le suspens d'une visée proprement photographique. Le quartier prend alors une intensité qui relève de ses devenirs possibles : jamais Brest ne tombe dans le misérabilisme ou la dénonciation, mais plutôt énonce les possibles d'un futur vivre ensemble. Du lait aux murs, les enjeux politiques sont manifestes, Brest les interroge en une sorte d'adresse qui questionne plutôt qu'elle ne répond. L'incomplétude, le discontinu, ouvrent des espaces de réflexion à ceux qui veulent bien repenser leur monde. [...]

lire l'intégralité du texte

 

 

Trouer les murs, passer la frontière

Trouer les murs, passer la frontière

Philippe Bazin
avril 2014

Pierre-Yves Brest présente un film, Opus Incertum, le premier du genre dans son parcours d'artiste, dont le site est un quartier frontalier de la ville de Tourcoing, La Bourgogne. Ce film met en oeuvre l'attitude documentaire que Marker appelait de ses voeux dans son propre travail : une uchronie qui met en perspective les différents temps sur lesquels se construit un lieu comme espace poétique. Brest se réfère en outre au cinéma muet par ses cartons noirs d'intertextes, et construit tous ses plans dans la lenteur et le suspens d'une visée proprement photographique. Le quartier prend alors une intensité qui relève de ses devenirs possibles : jamais Brest ne tombe dans le misérabilisme ou la dénonciation, mais plutôt énonce les possibles d'un futur vivre ensemble. Du lait aux murs, les enjeux politiques sont manifestes, Brest les interroge en une sorte d'adresse qui questionne plutôt qu'elle ne répond. L'incomplétude, le discontinu, ouvrent des espaces de réflexion à ceux qui veulent bien repenser leur monde. [...]

lire l'intégralité du texte