Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Journal n°2 - La vitre teintée
Lire le texte | Diaporama | Retour à la galerie

  • Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013
  • Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013
  • Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013

  • Journal n°2 / La vitre teintée reprend les principes mis en œuvre dans Journal n°1 - Les briques. Le photographe se met ici en scène dans le contexte particulier du quartier contemporain d’EuraLille. Le cadrage se concentre sur une vitre teintée fermement maintenue à pleines mains, jouant des reflets et des transparences, du champ et du contre-champ. Dans ce nouveau quartier lillois l’architecture bancaire rivalise avec celle des affaires et du jeu d’argent ; une architecture du pouvoir donc où élégance et prouesse architectonique se combinent avec force et assurance. La suprématie accordée aux matériaux réfléchissants permet à chaque immeuble de se refléter à l’envi dans celui qui lui fait face. La vitre teintée prise à pleines mains amplifie les jeux de simulacre tout en rejouant la posture du lecteur de journal ou la figure du manifestant.

    Journal n°2 - La vitre teintée
    Lire le texte | Retour à la galerie

    Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013
    Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013

    Journaux plaquardés au mur

    Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013
    Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013

    Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013

    Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013
    Vue de l'exposition à la Kunsthalle d'Erfurt, 2013

    Collage


    Journal n°2 / La vitre teintée reprend les principes mis en œuvre dans Journal n°1 - Les briques. Le photographe se met ici en scène dans le contexte particulier du quartier contemporain d’EuraLille. Le cadrage se concentre sur une vitre teintée fermement maintenue à pleines mains, jouant des reflets et des transparences, du champ et du contre-champ. Dans ce nouveau quartier lillois l’architecture bancaire rivalise avec celle des affaires et du jeu d’argent ; une architecture du pouvoir donc où élégance et prouesse architectonique se combinent avec force et assurance. La suprématie accordée aux matériaux réfléchissants permet à chaque immeuble de se refléter à l’envi dans celui qui lui fait face. La vitre teintée prise à pleines mains amplifie les jeux de simulacre tout en rejouant la posture du lecteur de journal ou la figure du manifestant.